Apple Aisuru
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
skyblogAccueilfacebookgalerie persoRechercherS'enregistrerConnexionGalerie
Le deal à ne pas rater :
Sortie Nike : les nouvelles baskets Air Max Plus
169.99 €
Voir le deal

 

 Rond=Mignon ?

Aller en bas 
+8
gourmandise
Mister D
chubby-patate
najsakuradoll
Konona
nymph
Garsedj
KazuChan
12 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeJeu 26 Juil - 4:38

Suze a écrit:
Eh bien en fait, rien "d'inébranlable" en ce qui me concerne. La confiance est quelque chose qu'on acquiert plus ou moins rapidement, et qu'on peut perdre aussi très vite. Une réflexion, un événement, une remise en question et pouf, terminé.

Une confiance instable, fragile en fait ?

Suze a écrit:
La confiance est l'élément qui permet de s'assumer et non pas de s'aimer. J'aimerais être moins ronde, mais grâce à ma confiance, je me tolère. Je ne ferais jamais l’apologie du gras, des grosses et des FA. La question du topic à la base concerne ce que nous aspirent le corps des rondes. Rond = mignon. Je le crois. De là à me dire, "je suis très bien comme ça, pourquoi changer ?" , non. Ça serait une sorte de fatalisme dans lequel je n’ai pas envie de tomber tout simplement parce qu’être ronde ce n’est pas facile et que je sais qu’un jour, je devrai perdre du poids.

Quelques contradictions je trouve. Comment on peut avoir confiance en soi si on aime pas son propre corps ?
Tu trouves que la rondeur c'est beau mais tu n'arrives pas à le concevoir sur toi.
Tu dis que tu ne tombes pas dans le fatalisme mais tu te résigne à dire que finalement tu devras maigrir.

Suze a écrit:
Nous évoluons dans le temps. Si j’ai lutté jusqu’à aujourd’hui pour acquérir cette confiance, c’est parce que je pense que c’est un passage obligé pour aller dans le bon sens dans la sérénité. Se renier et renier ses problèmes ne sert à rien. Affronter son image, essayer de comprendre qui nous sommes, que ce que nous voyons de nous dans la glace est parfois loin de la vérité, et surtout, s’émanciper de la pensée unique " les filles belles sont minces " est à mon avis un moyen pour progresser dans l’acceptation de soi. Mais en ce qui me concerne, ça ne doit pas être une fin en soi.

Tu me parles de quelle chose exactement ? Le cheminement pour en arriver à avoir confiance en soi ou la confiance en soi en tant que telle ?
Ce sont deux choses différentes.

La confiance en soi est une base fondamentalement stable qu'on acquiert au fur et à mesure, et logiquement on ne doit plus à devoir revenir dessus. C'est mettre au même niveau l'esprit et le corps. Si l'un ne concorde pas avec l'autre, ça ne peut pas fonctionner.

Je ne veux pas paraître trop direct, j'essaye juste de saisir tes dires, suze.
Revenir en haut Aller en bas
Suze
Apple Nolife
Apple Nolife
Suze

Féminin Age : 35
Loisirs : Sans doute
Nombre de messages : 1744
Localisation : Citoyenne du monde
Participation au forum : 638

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeVen 27 Juil - 0:03

BlaZe a écrit:
Quelques contradictions je trouve. Comment on peut avoir confiance en soi si on aime pas son propre corps ?
Tu trouves que la rondeur c'est beau mais tu n'arrives pas à le concevoir sur toi.
Tu dis que tu ne tombes pas dans le fatalisme mais tu te résigne à dire que finalement tu devras maigrir.


Est-ce que devoir maigrir est une fatalité? Non, une nécessité tout simplement. Je ne parle pas de maigrir pour faire 60kg. Ça serait une hérésie, et je ne le veut vraiment pas de toute façon. Je veux garder mes formes. Des belles formes même... Juste perdre les quelques kilos en trop (peut être 15 ou 20) qui vont finir par me bouffer les articulations. Ceux qui font que je ne peux pas monter plus de 2 étages sans finir à bout de souffle, ceux qui font que ça sera plus facile si je souhaite avoir des enfants (oui, j'en veux hein) etc.



BlaZe a écrit:
Suze a écrit:
Nous évoluons dans le temps. Si j’ai lutté jusqu’à aujourd’hui pour acquérir cette confiance, c’est parce que je pense que c’est un passage obligé pour aller dans le bon sens dans la sérénité. Se renier et renier ses problèmes ne sert à rien. Affronter son image, essayer de comprendre qui nous sommes, que ce que nous voyons de nous dans la glace est parfois loin de la vérité, et surtout, s’émanciper de la pensée unique " les filles belles sont minces " est à mon avis un moyen pour progresser dans l’acceptation de soi. Mais en ce qui me concerne, ça ne doit pas être une fin en soi.

Tu me parles de quelle chose exactement ? Le cheminement pour en arriver à avoir confiance en soi ou la confiance en soi en tant que telle ?
Ce sont deux choses différentes.


Non, dans la finalité du message, je parle bien de la confiance en soi. Celle qui permet de s'assumer, de se regarder dans la glace, de parler aux gens face à face et de ne pas se poser trop de questions... ou du moins de ne pas se poser les mauvaises questions^^



BlaZe a écrit:
La confiance en soi est une base fondamentalement stable qu'on acquiert au fur et à mesure, et logiquement on ne doit plus à devoir revenir dessus. C'est mettre au même niveau l'esprit et le corps. Si l'un ne concorde pas avec l'autre, ça ne peut pas fonctionner.

Je ne veux pas paraître trop direct, j'essaye juste de saisir tes dires, suze.


Pas de souci Smile

Eh bien si tu as la clé pour verrouiller la confiance et faire en sorte qu'elle soit définitive une fois acquise, je veux bien que tu me la donnes juste pour essayer. Pour moi, c'est tout sauf quelque chose de stable. Et c'est un bien pour un mal. Les gens aveuglés par trop de confiance finissent par ne plus se remettre en question, et en ce qui me concerne, c'est une faute grave.

Quel serait l'intérêt d'avoir une telle confiance en soi sauf pour finir par ne plus se poser de questions sur ce qui peut être mieux pour nous même? Je pense que le vrai équilibre entre le corps et l'esprit dont tu parles, il ne peut être que si l'on parvient à trouver ce qui est bon pour nous. Je serai ronde toute ma vie parce que c'est comme ça, que je m'y suis faite et que je n'ai plus envie d'avoir un corps sans formes. Mais je souhaite perdre les quelques kilos qui feront que je me sentirai mieux dans mon corps de ronde^^



Revenir en haut Aller en bas
gourmandise
Apple Nolife
Apple Nolife
gourmandise

Féminin Age : 31
Nombre de messages : 2795
Localisation : Utopia
Participation au forum : 488

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeVen 27 Juil - 1:04

Suze j'aime vraiement beaucoup te lire et je suis d'accord avec ce que tu dis, j'toruve ça vraiment interessant, j'attendais que tu répondes à blaze avant de le dire.
Je suis d'accord avec toi la confiance n'est pas vérouillé. Parfoiss des failles, des soucis ect peuvent vite faire perdre pied.
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeVen 27 Juil - 3:35

Suze a écrit:
Est-ce que devoir maigrir est une fatalité? Non, une nécessité tout simplement. Je ne parle pas de maigrir pour faire 60kg. Ça serait une hérésie, et je ne le veut vraiment pas de toute façon. Je veux garder mes formes. Des belles formes même... Juste perdre les quelques kilos en trop (peut être 15 ou 20) qui vont finir par me bouffer les articulations. Ceux qui font que je ne peux pas monter plus de 2 étages sans finir à bout de souffle, ceux qui font que ça sera plus facile si je souhaite avoir des enfants (oui, j'en veux hein) etc.

Maigrir est trop synonyme aujourd'hui de fuite en avant irréfléchie, des kilos qu'on veut perdre trop rapidement, parce que la société nous dit de maigrir en nous montrant des régimes qui ne marchent pas, et qui donne des échecs répétés sur un corps dont le métabolisme ralentit inexorablement.
Maigrir est une chose très complexe. Il y a bien une chose qui faut se dire c'est que on ne commande pas notre corps comme ça.

Une manière plus saine de maigrir, est déjà d'avoir une meilleure hygiène de vie (une nourriture variée et une marche de 30 minutes minimum), qui déjà permet de stabiliser le poids. L'appétit doit pouvoir se réguler naturellement.
On doit pouvoir maigrir sans avoir à y penser en fait. Ca prend du temps, mais c'est une manière de maigrir durablement.

Je ne veux pas que tu te mettes à maigrir à la va-vite, et que tu en arrives à un échec en reprenant des kilos en plus, ça ne servira à rien et ça te fera du mal avec une torture physique et psychologique supplémentaire.

Maigrir ne doit pas être une généralité systématique même pour des gens avec des physiques très différents. Voilà où je veux en venir.

Suze a écrit:
Non, dans la finalité du message, je parle bien de la confiance en soi. Celle qui permet de s'assumer, de se regarder dans la glace, de parler aux gens face à face et de ne pas se poser trop de questions... ou du moins de ne pas se poser les mauvaises questions^^

Donc tu veux dire que la confiance en toi n'est pas une fin en soi. Tu en déduis finalement que la confiance en soi ne peut être que temporaire et partielle selon toi en fait. Il faut je pense ne pas s'arrêter à cette déduction.

Suze a écrit:
Pas de soucis Smile

Eh bien si tu as la clé pour verrouiller la confiance et faire en sorte qu'elle soit définitive une fois acquise, je veux bien que tu me la donnes juste pour essayer. Pour moi, c'est tout sauf quelque chose de stable. Et c'est un bien pour un mal. Les gens aveuglés par trop de confiance finissent par ne plus se remettre en question, et en ce qui me concerne, c'est une faute grave.

Je n'ai pas une clé mais des pistes. Je n'ai pas d'exemples précis mais il en y a. On est tous différents et les déclics viennent différemment d'une personne à une autre. Je peux t'amener vers une ou plusieurs bonnes voies, mais La clé c'est à toi de la trouver.
Ce qui est très clair par contre, c'est qu'il y a une très grande force qui réside en toi mais que tu l'ignore.

Une autre chose essentielle, le plus important c'est de ne pas simplement détenir La clé, mais surtout et avant tout de savoir la garder précieusement pour ne pas la perdre, et ainsi t'ouvrir de nouvelles portes vers de nouvelles perpectives.

Ce qui est dommage par contre c'est de faire l'erreur de sous-entendre et surtout de penser que je suis prétentieux.

Je me suis remis en question plus d'une fois et ça m'arrivera encore, je ne me fais pas de doutes là-dessus. J'ai fait des erreurs, j'en fait et j'en ferai encore. Parce que tout simplement comme tout être humain, j'ai des qualités et des défauts. Si on ne fait pas d'erreurs on n'arrive pas à avancer, c'est même d'ailleurs le contraire qui se passe.

Nous passons notre vie à apprendre à travers des expériences et des vécus différents.

Suze a écrit:
Quel serait l'intérêt d'avoir une telle confiance en soi sauf pour finir par ne plus se poser de questions sur ce qui peut être mieux pour nous même? Je pense que le vrai équilibre entre le corps et l'esprit dont tu parles, il ne peut être que si l'on parvient à trouver ce qui est bon pour nous. Je serai ronde toute ma vie parce que c'est comme ça, que je m'y suis faite et que je n'ai plus envie d'avoir un corps sans formes. Mais je souhaite perdre les quelques kilos qui feront que je me sentirai mieux dans mon corps de ronde^^

Encore une fois il ne faut pas tout mélanger.
La confiance en soi, ça n'est pas se surestimer ou se sous-estimer, juste de se mettre au centre, esprit et corps cohabitant harmonieusement, nous permettant d'avoir du recul sur ce qui nous entoure et de faire la part des choses. Je pense même d'ailleurs que le libre-arbitre est une des clés de la confiance en soi.
On peut se poser des questions sur nous, notre bonheur et notre bien-être futur, sans avoir à se torturer l'esprit. Après nous avons tous des vies et des buts différents, et ça je le respecte.
Revenir en haut Aller en bas
Suze
Apple Nolife
Apple Nolife
Suze

Féminin Age : 35
Loisirs : Sans doute
Nombre de messages : 1744
Localisation : Citoyenne du monde
Participation au forum : 638

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeVen 27 Juil - 20:50

Euh, j'ai pas sous-entendu ou penser que tu étais prétentieux ou que sais-je encore, je sais que ce n'est vraiment pas le cas Ben^^... et je souhaite préciser qu'il n'y a absolument rien de personnel dans ces messages. J'aime bien parler avec toi.

Parler de régime à un FA, c'est comme parler de communisme à un capitaliste, parler d'araignées à un(e) arachnophobe, parler de droit du travail à un patron chinois........ c'est un peu peine perdue. Et je peux le comprendre mais je trouve ça dommage.

Les secrets pour perdre du poids, et les discours à la con sur le métabolisme, sur l’assimilation des aliments, les grandes phrases du style "si tu veux maigrir, mange sein et équilibrer et tout ira mieux", en général ça part toujours d'une bonne intension, mais ça ne sert à rien sauf à nous mettre la pression et à nous rabaisser à l'état de sous merdes qui ne savent pas ce qui est bon pour nous. De même que les discours du genre "les régimes sont synonyme de fuite en avant". Je me permets de dire ça car ce n'est pas la 1ere fois que je lis ça ici. Je comprends que vous trouviez ça bête. On connais tous qqun ici (si ce n'est nous même) qui a testé le régime hyper protéiné, qui a perdu des 10ènes de kilos, et qui en a repris le double l'année suivant la fin du régime. Nous le savons déjà tout ça. Le jour où les gens comprendrons que chaque ronde est capable d'envisager les choses différemment, je crois que ça deviendra un peu moins compliqué car ça aussi ça joue sur la confiance. Attention: je ne dis pas que c'est faux hein.



Blaze a écrit:
Donc tu veux dire que la confiance en toi n'est pas une fin en soi. Tu en déduis finalement que la confiance en soi ne peut être que temporaire et partielle selon toi en fait. Il faut je pense ne pas s'arrêter à cette déduction.


La confiance ne peut pas être une fin en soi. Je me répète peut-être mais, la confiance est la clé, l'élément qui permet de s'assumer, de se sentir bien. Elle fait parti d'un "package" qui facilite la vie car elle appelle la sérénité. La confiance ne peut pas être QUE temporaire ou QUE partielle. La confiance n'est à mon sens, pas quelque chose que l'on peut acquérir de façon ferme et définitive pour la simple et bonne raison que nous évoluons, que dans la vie, il y a nous, notre personnalité, notre corps, mais également l'environnement et toutes ses influences et qu'il est bien difficile d'agir sur ces éléments.



Blaze a écrit:
Encore une fois il ne faut pas tout mélanger.
La confiance en soi, ça n'est pas se surestimer ou se sous-estimer, juste de se mettre au centre, esprit et corps cohabitant harmonieusement, nous permettant d'avoir du recul sur ce qui nous entoure et de faire la part des choses. Je pense même d'ailleurs que le libre-arbitre est une des clés de la confiance en soi.
On peut se poser des questions sur nous, notre bonheur et notre bien-être futur, sans avoir à se torturer l'esprit. Après nous avons tous des vies et des buts différents, et ça je le respecte.


C'est peut-être là où nos avis à la fois divergent et convergent le plus. C'est marrant^^

Ce n'est pas, à mon avis, la confiance qui permet ce que tu dis. La confiance amène la sérénité. Elle permet d'agir, dans le cas des rond(e)s, sans que le physique soit une barrière. Mais c'est la sérénité qui permet de prendre du recul et de faire la part des choses. Je joue peut-être sur les mots mais il y a là pour moi une nuance qui a toute son importance et c'est justement là que la confiance ne doit pas être une fin en soi. Car lorsqu'on acquiert cette confiance, on peut toujours essayer d'aller plus loin dans la réflexion, tenter de se poser les bonnes questions, et se demander ce qui est meilleur pour nous.

Ce qui est bon pour moi ne le sera pas nécessairement pour les autres rondes. En ce moment, je cherche, je me questionne. Et pour l'instant, je fais tout pour rester sereine justement, tout pour ne pas me mettre la pression et essayer d'assimiler que je devrai petit à petit, sans précipitation, parvenir à perdre quelques kilos.


PS: On s'égare du sujet premier, tu peux peut-être créer un topic ou déplacer notre conversation^^
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeLun 30 Juil - 17:06

Suze, on en a reparlé en mp. Le plus important c'est qu'on s'est compris. Je ne voulais pas à venir à parler d'amaigrissement. Mais ça reste constructif (je verrai pour la suite de cette conversation). On s'est un peu égarés. Revenons au sujet principal.

Concernant ce sujet, je voulais aussi avoir l'avis d'un mec rond justement. Je réponds à ce que tu as dit Mister D.

Mister D a écrit:
Je ne sais pas si rond = mignon pour mon expérience personnelle mon poids a toujours été un obstacle pour vivre pleinement la séduction et la relation.

Je suis " rond " depuis l'âge de mes 11 ans et comme nombre d'entre nous j'ai subi les railleries dont la pire fut le lendemain de l'enterrement de ma mère par un péteux sans cervelle qui m'a gentillement dit " tu as tuer ta mère entre tes seins ! " malheureusement je l'ai salement amoché et ça ma valut 3 jours d'exclusion non pas pour mon geste que tout le monde, même la mère du petit con ont trouvé normal Smile

Mais voilà jamais je n'ai trouvé du bon dans le fait que je sois fat, sauf dans le rugby ou je me suis totalement épanoui.

Mais pour ma part je crois que les choses sont différentes que pour les rondes. Aujourd'hui les rondes s'affirment ce qui est bien et honorable mais pour les ronds les choses ont peu changé.

Certes il existe des femmes qui aiment les hommes ronds, mais elles sont peu nombreuses.

Mon poids a toujours été donc un frein à vivre pleinement ma vie d'ado et encore aujourd'hui à 25 ans je me sens comme un mouton noir dans un troupeau de moutons blanc pourtant j'entends ici dire que je suis BG lol ou alors souvent que je ne fait pas mon poids ect c'est flatteur comme un shoot de bien être à la lecture de ces compliments mais pour moi le chemin est long jusqu’à l'acceptation de soi même.

Mister D, tu dis que tu es épanoui quand tu fais du rugby.
Si c'est une qualité pour toi pourquoi ne pas le mettre en avant quand tu parles de toi aux filles.
Je suis sûr qu'il y a plus d'une nana qui craquerait pour un mec comme toi.

Tu sais le coté mec baraqué et au grand coeur c'est rassurant pour les nanas. Elles se sentent en sécurité comme ça.

Bon, à vrai dire j'ai remarqué une chose, un mec rond, je le vois plus comme étant un mec baraqué, bien bâti, balèze en fait lol
Revenir en haut Aller en bas
sielle
Membre actif
Membre actif


Féminin Nombre de messages : 142
Participation au forum : 121

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMer 28 Aoû - 16:28

Je trouve ce sujet intéressant.

BlaZe a écrit:

Le toucher est une forme de perception alternative qui permet d'avoir une vision de la beauté différente.

En résumé, c'est doux au toucher donc c'est agréable,  par conséquent c'est beau.
Le toucher a beaucoup changé ma perception de mes rondeurs.
J'y ai toujours été extrêmement sensible, un peu trop même.
Je crois que c'est vraiment la voie sensorielle la plus intense pour moi.
Il y a aussi eu le mouvement qui m'a permis de sentir mon corps de l'intérieur et jusque là, mes rondeurs étaient associées à la douleur. Quand j'ai commencé à retrouver du plaisir dans le mouvement, j'ai commencé à redécouvrir mes rondeurs avec le toucher et ça m'a beaucoup aidé à les percevoir et les intégrer.
Aujourd'hui c'est comme si "mes rondeurs "c'était juste mon corps, plus quelque chose en plus de mon corps qui serait à changer ou à considérer en particulier. C'est mon corps avec des reliefs étonnants par rapport à d'autres corps, mais c'est moi.
C'est bon au toucher, c'est agréable à ressentir, alors c'est bien. et ça m'inspire plus de bienveillance en tout cas et de désir de partager cela.
Enfin, tout ça reste une découverte pour moi.
En tout cas je crois que le changement le plus important n'est pas passé par la vue. Je crois que cette voie est comme "intoxiquée" pour moi, trop d'images, trop de connotations, trop d'extériorité.


Pour l'équivalence rond = mignon, ça m'a rappelé ces expérimentations pour dégager quels stéréotypes étaient associés aux formes de visage et aux traits physiques (vus).
Les visages ronds donnaient des réponses évoquant la bonhommie il me semble. (Après, ça reste des expériences sur un nombre donné de personnes hein.)
Moi ça a tendance aussi à m'évoquer un côté infantile, voire parfois rassurant - selon les gens, et je trouve que le mot "mignon" regroupe justement ces impressions là.
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 3:00

sielle a écrit:
Je trouve ce sujet intéressant.

BlaZe a écrit:

Le toucher est une forme de perception alternative qui permet d'avoir une vision de la beauté différente.

En résumé, c'est doux au toucher donc c'est agréable,  par conséquent c'est beau.
Le toucher a beaucoup changé ma perception de mes rondeurs.
J'y ai toujours été extrêmement sensible, un peu trop même.
Je crois que c'est vraiment la voie sensorielle la plus intense pour moi.
Il y a aussi eu le mouvement qui m'a permis de sentir mon corps de l'intérieur et jusque là, mes rondeurs étaient associées à la douleur. Quand j'ai commencé à retrouver du plaisir dans le mouvement, j'ai commencé à redécouvrir mes rondeurs avec le toucher et ça m'a beaucoup aidé à les percevoir et les intégrer.
Aujourd'hui c'est comme si "mes rondeurs "c'était juste mon corps, plus quelque chose en plus de mon corps qui serait à changer ou à considérer en particulier. C'est mon corps avec des reliefs étonnants par rapport à d'autres corps, mais c'est moi.
C'est bon au toucher, c'est agréable à ressentir, alors c'est bien. et ça m'inspire plus de bienveillance en tout cas et de désir de partager cela.
Enfin, tout ça reste une découverte pour moi.
En tout cas je crois que le changement le plus important n'est pas passé par la vue. Je crois que cette voie est comme "intoxiquée" pour moi, trop d'images, trop de connotations, trop d'extériorité.


Pour l'équivalence rond = mignon, ça m'a rappelé ces expérimentations pour dégager quels stéréotypes étaient associés aux formes de visage et aux traits physiques (vus).
Les visages ronds donnaient des réponses évoquant la bonhommie il me semble. (Après, ça reste des expériences sur un nombre donné de personnes hein.)
Moi ça a tendance aussi à m'évoquer un côté infantile, voire parfois rassurant - selon les gens, et je trouve que le mot "mignon" regroupe justement ces impressions là.
La vue serait un sens trop direct, trop immédiat par rapport au toucher en fait ?

Le toucher permet bien des choses. Et surtout procure une sensation de bien-être partagée dans le cas des massages par exemple.

Je pense même d'ailleurs que le toucher est faite pour le corps, contrairement à la vision moins précise et plus subjective.

Elle joint l'utile à l'agréable.

J'ai massé plusieurs fois des rondes, ça les détendaient et moi ça me procurait un bien-être rare difficile à obtenir seul.

Pour le terme mignon, je voyais plus le corps rond dans son ensemble.

Mais les rondeurs ont un aspect rassurant sur bien des points, au niveau visuel et tactile bien sur.
Revenir en haut Aller en bas
sielle
Membre actif
Membre actif


Féminin Nombre de messages : 142
Participation au forum : 121

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 13:01

C'est justement grâce à des (auto)massages que j'ai pu redécouvrir mon corps et que ça a changé la perception de mes rondeurs. C'est encore différent d'être touché par quelqu'un d'autre, je ne pense pas que ça m'aurait par exemple permis de m'en approprier leurs reliefs de la même manière, mais en revanche, en plus d'être hyper agréable, ça doit énormément aider à habiter son corps dans la relation à l'autre (intime ou non). Et ça va sembler hyper gnangnan ce que je vais dire mais il y a quelque chose d'intime dans le toucher je trouve, et des fois, j'ai l'impression que rien n'est plus adressé qu'un contact tactile. Mais peut-être pas tous, pas les "fonctionnels" ou "conventionnels".

En fait, je trouve le toucher plus "brut", plus direct, plus sensible. Et ça me fait ressentir plus de choses à l'intérieur. Mais je le traite d'une façon très affective je crois, c'est bizarre. Ca me gêne presque dans certaines situations d'y être autant sensible.

La vue me paraît plus extérieure, je ne sais pas, et j'ai l'impression que ce qui est vu est très vite traité en lien avec une association d'images et de pensées qui peuvent me distraire de la sensation visuelle elle-même. Comme si elle donnait lieu à des choses plus élaborées.
Cela dit, j'aime aussi ces sensations là.
Pour le corps, je commence à me rendre compte visuellement de la grande diversité des corps existants (et j'adore la piscine pour ça où l'on voit les corps moins gommés par les habits). C'est incroyable !

Mais mon corps avait beau changer, ma vue ne semblait pas forcément le traiter. J'ai l'impression d'avoir eu plus d'informations tactiles et de sensations sur mes mouvements, que par le regard. Et puis ma mémoire n'est pas la même j'ai l'impression.

Oui, peut-être bien que le toucher est vraiment fait pour le corps. Il y a des racines profondes, j'en suis convaincue.

Masser un corps rond ou charnu, ça donne un effet très particulier. J'aime sentir ce mélange entre le mou de la chair et le dur de l'os (et/ou du muscle), ça réunit des qualités sensorielles qui à la fois contrastent et se mélangent !

Pour mes impressions d'infantile, de rassurant et de bonhommie, je les associes aux rondeurs du corps dans son ensemble aussi. C'était juste les expérimentations qui étaient basées sur les visages.

Sinon, une sensation qui pour moi s'est rapprochée du tactile dans la perception de mes rondeurs mais qui était encore différente, c'était la sensation aquatique. La perception du poids n'est pas du tout la même, ni même celle des mouvements, et c'est passionnant de percevoir son corps avec ces différences. On perçoit plus les muscles, les volumes, et on a un sentiment d'enveloppement impressionnant. C'est curieusement plus global et plus précis à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeVen 30 Aoû - 3:10

sielle a écrit:
C'est justement grâce à des (auto)massages que j'ai pu redécouvrir mon corps et que ça a changé la perception de mes rondeurs. C'est encore différent d'être touché par quelqu'un d'autre, je ne pense pas que ça m'aurait par exemple permis de m'en approprier leurs reliefs de la même manière, mais en revanche, en plus d'être hyper agréable, ça doit énormément aider à habiter son corps dans la relation à l'autre (intime ou non). Et ça va sembler hyper gnangnan ce que je vais dire mais il y a quelque chose d'intime dans le toucher je trouve, et des fois, j'ai l'impression que rien n'est plus adressé qu'un contact tactile. Mais peut-être pas tous, pas les "fonctionnels" ou "conventionnels".
Se masser soi-même ? Jamais essayé ou alors pas consciemment.

A propos du massage à deux, c'est marrant parce que j'ai l'impression que le fait que ce soit moi qui masse, bah ça me relaxe encore plus que si on me massait, j'aime masser aussi parce que je ressens un frisson au niveau du cou, une sensation de bien-être agréable qui me détend rapidement.

Y a rien de gnangnan dans ce que tu dis.

Le toucher est certes intime, mais c'est un vrai partage de sensations.

Évidemment quand je masse, je le fais à ma manière, en touchant le plus de surface possible en variant le toucher de mes mains (sauf les endroits trop intimes bien sûr).

sielle a écrit:
En fait, je trouve le toucher plus "brut", plus direct, plus sensible. Et ça me fait ressentir plus de choses à l'intérieur. Mais je le traite d'une façon très affective je crois, c'est bizarre. Ca me gêne presque dans certaines situations d'y être autant sensible.
Quel genre de situations ?

sielle a écrit:
La vue me paraît plus extérieure, je ne sais pas, et j'ai l'impression que ce qui est vu est très vite traité en lien avec une association d'images et de pensées qui peuvent me distraire de la sensation visuelle elle-même. Comme si elle donnait lieu à des choses plus élaborées.
On associe trop rapidement des clichés à travers le visuel. D'où le besoin de recul, en évitant la subjectivité physique, en creusant l'aspect psychologique, l'intellectuel, le culturel, l'humour...

sielle a écrit:
Cela dit, j'aime aussi ces sensations là.
Pour le corps, je commence à me rendre compte visuellement de la grande diversité des corps existants (et j'adore la piscine pour ça où l'on voit les corps moins gommés par les habits). C'est incroyable !
Oui la diversité, un rempart contre la triste norme.
D'autant plus que la diversité des corps ronds est nettement plus importante que sur les corps minces, les formes y prennent de l'ampleur et s'épanouissent.

sielle a écrit:
Mais mon corps avait beau changer, ma vue ne semblait pas forcément le traiter. J'ai l'impression d'avoir eu plus d'informations tactiles et de sensations sur mes mouvements, que par le regard. Et puis ma mémoire n'est pas la même j'ai l'impression.
Les aléas des souvenirs tu veux dire ?

sielle a écrit:
Oui, peut-être bien que le toucher est vraiment fait pour le corps. Il y a des racines profondes, j'en suis convaincue.
Bien sûr ! Il y a tellement de sensations inconnues qui méritent notre attention avec le toucher.

sielle a écrit:
Masser un corps rond ou charnu, ça donne un effet très particulier. J'aime sentir ce mélange entre le mou de la chair et le dur de l'os (et/ou du muscle), ça réunit des qualités sensorielles qui à la fois contrastent et se mélangent !
Ces contrastes donnent encore plus de sensations. D'autant plus en utilisant des matières chaudes ou froides, ou même avec de l'huile massage, ça varie encore plus les plaisirs.

sielle a écrit:
Pour mes impressions d'infantile, de rassurant et de bonhommie, je les associes aux rondeurs du corps dans son ensemble aussi. C'était juste les expérimentations qui étaient basées sur les visages.
Oui je te comprends, un peu comme le corps potelé des bébés.

sielle a écrit:
Sinon, une sensation qui pour moi s'est rapprochée du tactile dans la perception de mes rondeurs mais qui était encore différente, c'était la sensation aquatique. La perception du poids n'est pas du tout la même, ni même celle des mouvements, et c'est passionnant de percevoir son corps avec ces différences. On perçoit plus les muscles, les volumes, et on a un sentiment d'enveloppement impressionnant. C'est curieusement plus global et plus précis à la fois.
La gravité n'y est pas la même. D'où l'impression de légèreté du corps. Mais on sent une résistance quand on se meut dedans. Le paradoxe d'un corps plus léger mais lent dans ses déplacements. On se sent pas simplement enveloppé mais aussi emporté par cette force aquatique. C'est marrant la piscine pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
sielle
Membre actif
Membre actif


Féminin Nombre de messages : 142
Participation au forum : 121

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeSam 31 Aoû - 19:13

BlaZe a écrit:
Se masser soi-même ? Jamais essayé ou alors pas consciemment.
 
Ce n'était pas possible d'être massée, j'avais un rapport évitant à mon corps, au début ça a été juste me masser les mains. Puis, je me suis mise à mettre d'autres crèmes sur la peau et de crémage en crémage, j'ai pris conscience autrement de mon corps.

Avec quelqu'un, c'est très différent.

Ca change aussi selon les moments je trouve. 

BlaZe a écrit:
A propos du massage à deux, c'est marrant parce que j'ai l'impression que le fait que ce soit moi qui masse, bah ça me relaxe encore plus que si on me massait, j'aime masser aussi parce que je ressens un frisson au niveau du cou, une sensation de bien-être agréable qui me détend rapidement.
 
Tu l'as quand tu masses avec tes mains ? Parce que je vois ce que tu veux dire si c'est avec les mains.
Quand on voit l'homonculus somesthésique (le bonhomme difforme qui représente les zones sensitives – c'est pas rigoureux dit comme ça mais bon) avec ses mains géantes! Les mains sont une partie du corps très « différenciée » (cinq doigts fins articulés, à l'inverse des pieds où la base est plus grande que les doigts ; et il y a des voies directement reliées à la colonne vertébrale il me semble, des messages nerveux peuvent être transmis en priorité à celle ci (qui fait partie du « système nerveux central ») avant qu'ils ne soient traités par le cerveau comme lorsqu'on se brûle le doigt et qu'on le retire instinctivement avant que les zones corticales du cerveau soient engagées. De mémoire en tout cas.).  Ca m'a toujours fasciné cette histoire de récepteurs sensoriels sur les doigts, j'aime bien comparer les sensations tactiles « du bout » des doigts. Mais je suis un peu bizarre.
Et puis il y a un plaisir « d'emprise » aussi avec la matière, même sans être dans un massage à quelqu'un (la relation ça fait facilement flamber les sensations), comme avec la nourriture, l'argile ou la pâte à modeler.
 
Mais c'est la première fois que j'entends qu'on ressent plus de plaisir à masser qu'à être massé. Ca c'est quand même chouette pour les autres aussi ^^

Ca a toujours été le cas ?

Est-ce qu'enfant tu te souviens si tu aimais être touché/massé/câliné ?

Blaze a écrit:

sielle a écrit:
En fait, je trouve le toucher plus "brut", plus direct, plus sensible. Et ça me fait ressentir plus de choses à l'intérieur. Mais je le traite d'une façon très affective je crois, c'est bizarre. Ca me gêne presque dans certaines situations d'y être autant sensible.
Quel genre de situations ?
 
Des situations où je n'ai pas à être dans mes sensations après tel ou tel contact. Que ce soit par rapport au cadre qui n'a rien d'affectif ou dans la relation qui n'a rien d'intime. C'est difficile parfois de sentir qu'on reçoit tel ou tel geste de façon différente par rapport à l'intention (tendresse ou intrusion par exemple).
Il y a la part rationnelle qui le sait bien et qui doit dire « chut » à la part sensorielle qui dit « fiou ».
Heureusement, ce n'est pas systématique.
Mais c'est déstabilisant de sentir quelque chose de très fort avec des gens que je connais pas du tout , dans un contexte pas forcément agréable, seulement avec un contact (genre une fois chez le dentiste, alors que je suis tendue comme tout car je déteste les soins dentaires)
Du coup je suis bloquée et je parais comme un glaçon.
 
On n'a vraiment pas tous les mêmes sensibilités.
 
BlaZe a écrit:
 
sielle a écrit:
La vue me paraît plus extérieure, je ne sais pas, et j'ai l'impression que ce qui est vu est très vite traité en lien avec une association d'images et de pensées qui peuvent me distraire de la sensation visuelle elle-même. Comme si elle donnait lieu à des choses plus élaborées.
 
On associe trop rapidement des clichés à travers le visuel. D'où le besoin de recul, en évitant la subjectivité physique, en creusant l'aspect psychologique, l'intellectuel, le culturel, l'humour... .
 
Tu entends quoi par la subjectivité physique ?
La subjectivité, ça me semble fondamental et inévitable. C'est justement ça qui change tout et qui fait notre diversité. La réalité « objective » de mon corps n'a pas autant sensiblement changé que ma perception de celui-ci. (Cela dit, je ne connais pas l'importance du facteur physiologique, ça doit quand même jouer un certain effet.)
Et je suis convaincue qu'il y a autant de façon de percevoir mon corps que de personnes le voyant à un temps t. Des fois ça me turlupine, d'autres fois non.
Creuser l'aspect psychologique, intellectuel, culturel, c'est quelque chose qui peut venir très spontanément, mais peut être aussi pour mettre à distance plutôt que juste « ressentir ».
 
Ca m'arrive de voir quelqu'un et d'avoir un ressenti désagréable juste à cause de son apparence physique (son corps même), je me suis même surprise à sentir mon visage l'exprimer (mes sourcils, mes yeux, ma bouche et ma tête qui se recule un peu). Une fois que c'est ressenti, c'est comme si je le « notais » en moi et que j'étais maintenant disponible pour autre chose (lui parler si c'est mon interlocuteur ou continuer ma vie si c'est un passant). Des fois, j'aime aussi regarder à nouveau pour mieux comprendre mon ressenti, mais ce n'est pas toujours possible simplement.
 
Blaze a écrit:

Oui la diversité, un rempart contre la triste norme.
D'autant plus que la diversité des corps ronds est nettement plus importante que sur les corps minces, les formes y prennent de l'ampleur et s'épanouissent.
 
A la fois ça s'épanouit et à la fois ça atténue d'autres choses.
 
En tout cas ça fait du bien de se rendre compte de cette diversité. Parce qu'honnêtement, je n'en avais pas autant conscience avant.
 
Blaze a écrit:

sielle a écrit:
Mais mon corps avait beau changer, ma vue ne semblait pas forcément le traiter. J'ai l'impression d'avoir eu plus d'informations tactiles et de sensations sur mes mouvements, que par le regard. Et puis ma mémoire n'est pas la même j'ai l'impression.
Les aléas des souvenirs tu veux dire ?
 
Oui, j'ai remarqué par exemple que certains changements corporels m'apparaissaient (comme une surprise, genre en se touchant sans se « toucher ») spontanément alors qu'ils étaient passés inaperçus en regardant mon corps.
Je me demande s'il n'y a pas une difficulté à recontacter à un souvenir « fidèle » (si tant est qu'un souvenir puisse l'être) de mon image à x temps passé, parce que finalement j'étais soumise à cette perception si régulièrement qu'elle ne devait cesser de se transformer.
 
Blaze a écrit:

La gravité n'y est pas la même. D'où l'impression de légèreté du corps. Mais on sent une résistance quand on se meut dedans. Le paradoxe d'un corps plus léger mais lent dans ses déplacements. On se sent pas simplement enveloppé mais aussi emporté par cette force aquatique. C'est marrant la piscine pour ça.
 
C'est passionnant à découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMar 3 Sep - 1:06

sielle a écrit:
Ce n'était pas possible d'être massée, j'avais un rapport évitant à mon corps, au début ça a été juste me masser les mains. Puis, je me suis mise à mettre d'autres crèmes sur la peau et de crémage en crémage, j'ai pris conscience autrement de mon corps.

Avec quelqu'un, c'est très différent.

Ca change aussi selon les moments je trouve.
Tu as réussi à percevoir ton corps différemment, c'est déjà une très bonne approche que tu as de toi. 

Différent avec quelqu'un, tu as une appréhension, peur de perdre ton intimité, une voie qui pour toi reste inexplorée ?

Il faut bien évidemment être dans un moment calme et intime, sinon le massage n'aura pas autant d'effets.

sielle a écrit:
Tu l'as quand tu masses avec tes mains ? Parce que je vois ce que tu veux dire si c'est avec les mains.
Quand on voit l'homonculus somesthésique (le bonhomme difforme qui représente les zones sensitives – c'est pas rigoureux dit comme ça mais bon) avec ses mains géantes! Les mains sont une partie du corps très « différenciée » (cinq doigts fins articulés, à l'inverse des pieds où la base est plus grande que les doigts ; et il y a des voies directement reliées à la colonne vertébrale il me semble, des messages nerveux peuvent être transmis en priorité à celle ci (qui fait partie du « système nerveux central ») avant qu'ils ne soient traités par le cerveau comme lorsqu'on se brûle le doigt et qu'on le retire instinctivement avant que les zones corticales du cerveau soient engagées. De mémoire en tout cas.).  Ca m'a toujours fasciné cette histoire de récepteurs sensoriels sur les doigts, j'aime bien comparer les sensations tactiles « du bout » des doigts. Mais je suis un peu bizarre.
Et puis il y a un plaisir « d'emprise » aussi avec la matière, même sans être dans un massage à quelqu'un (la relation ça fait facilement flamber les sensations), comme avec la nourriture, l'argile ou la pâte à modeler.
 
Mais c'est la première fois que j'entends qu'on ressent plus de plaisir à masser qu'à être massé. Ca c'est quand même chouette pour les autres aussi ^^

Ca a toujours été le cas ?

Est-ce qu'enfant tu te souviens si tu aimais être touché/massé/câliné ?
Oui avec les mains et de l'huile de massage, c'est beaucoup mieux. Je masse pas avec les pieds lol

Masser la matière ? Ça reste pour moi quelque chose d'étranger.

Alors que masser une femme, qui de plus a des formes généreuses, c'est tout simplement incomparable. Des sensations uniques et intenses que je n'arrive pas à ressentir ailleurs.

J'ai plus été câliné qu'autre chose. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de sensations d'avoir été massé/touché étant petit.

Par contre, récemment comme sensations de toucher agréables ressenties, le simple fait qu'une femme pose sa tête sur mon torse, m'a détendu plus d'une fois.

sielle a écrit:
Des situations où je n'ai pas à être dans mes sensations après tel ou tel contact. Que ce soit par rapport au cadre qui n'a rien d'affectif ou dans la relation qui n'a rien d'intime. C'est difficile parfois de sentir qu'on reçoit tel ou tel geste de façon différente par rapport à l'intention (tendresse ou intrusion par exemple).
Il y a la part rationnelle qui le sait bien et qui doit dire « chut » à la part sensorielle qui dit « fiou ».
Heureusement, ce n'est pas systématique.
Mais c'est déstabilisant de sentir quelque chose de très fort avec des gens que je connais pas du tout , dans un contexte pas forcément agréable, seulement avec un contact (genre une fois chez le dentiste, alors que je suis tendue comme tout car je déteste les soins dentaires)
Du coup je suis bloquée et je parais comme un glaçon.
 
On n'a vraiment pas tous les mêmes sensibilités.
C'est peut-être le manque de confiance à l'autre qui te bloque aussi.

Peur que le dentiste/médecin te fasse mal ? Pourtant les soins c'est dans le but de te soigner.
 
sielle a écrit:
Tu entends quoi par la subjectivité physique ?
La subjectivité, ça me semble fondamental et inévitable. C'est justement ça qui change tout et qui fait notre diversité. La réalité « objective » de mon corps n'a pas autant sensiblement changé que ma perception de celui-ci. (Cela dit, je ne connais pas l'importance du facteur physiologique, ça doit quand même jouer un certain effet.)
Et je suis convaincue qu'il y a autant de façon de percevoir mon corps que de personnes le voyant à un temps t. Des fois ça me turlupine, d'autres fois non.
Creuser l'aspect psychologique, intellectuel, culturel, c'est quelque chose qui peut venir très spontanément, mais peut être aussi pour mettre à distance plutôt que juste « ressentir ».
 
Ca m'arrive de voir quelqu'un et d'avoir un ressenti désagréable juste à cause de son apparence physique (son corps même), je me suis même surprise à sentir mon visage l'exprimer (mes sourcils, mes yeux, ma bouche et ma tête qui se recule un peu). Une fois que c'est ressenti, c'est comme si je le « notais » en moi et que j'étais maintenant disponible pour autre chose (lui parler si c'est mon interlocuteur ou continuer ma vie si c'est un passant). Des fois, j'aime aussi regarder à nouveau pour mieux comprendre mon ressenti, mais ce n'est pas toujours possible simplement.
Je voyais plus la subjectivité comme l'image cliché qui colle à la peau de quelqu'un qu'on voit pour la première fois par exemple.

C'est à dire par exemple, une femme qui porte une robe très longue, qui s'arrête au niveau de ses chaussures, elle se cache derrière ses fringues, donc elle n'aime pas son corps ou bien elle ne veut pas être attirante, dans les deux cas ça fait négligé.
 
sielle a écrit:
A la fois ça s'épanouit et à la fois ça atténue d'autres choses.
 
En tout cas ça fait du bien de se rendre compte de cette diversité. Parce qu'honnêtement, je n'en avais pas autant conscience avant.
Y a tellement de formes à découvrir.
 
sielle a écrit:
Oui, j'ai remarqué par exemple que certains changements corporels m'apparaissaient (comme une surprise, genre en se touchant sans se « toucher ») spontanément alors qu'ils étaient passés inaperçus en regardant mon corps.
Je me demande s'il n'y a pas une difficulté à recontacter à un souvenir « fidèle » (si tant est qu'un souvenir puisse l'être) de mon image à x temps passé, parce que finalement j'étais soumise à cette perception si régulièrement qu'elle ne devait cesser de se transformer.
Je finis par comprendre ce que tu veux dire. A force de voir son corps changer, visuellement c'est forcément difficile de trouver un repère.

Je comprends aussi le "toucher sans se toucher", je pense dans le sens qu'on découvre le volume de son corps, en touchant sans faire exprès une zone "pleine" qui était "vide" ou "inexistante" quelque temps auparavant.

Une perception trop sollicitée face à un corps aux formes trop changeantes ?
 
sielle a écrit:
C'est passionnant à découvrir.
Je suis un peu étonné de voir que cela te passionne, mais ça me rassure.

Car la plupart des femmes rondes sont réfractaires à l'idée de se baigner à la piscine, n'y voyant que leur corps en maillot de bain exposé aux autres, exposé aux regards et aux moqueries imagées et déformées de la réalité car les gens s'en foutent en fait. Très loin de ton idée de te baigner dans l'eau avec toutes les sensations agréables que cela te procure.
Revenir en haut Aller en bas
Dark-Angel
Apple Nolife
Apple Nolife
Dark-Angel

Masculin Age : 39
Loisirs : Destruction par le progrès technologique, théorie du chaos, déchirures dans le continuum espace-temps, univers parallèles...
Nombre de messages : 1908
Localisation : Where the streets have no name. Somewhere in the multiverse
Participation au forum : 151

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMar 3 Sep - 1:31

BlaZe a écrit:
C'est à dire par exemple, une femme qui porte une robe très longue, qui s'arrête au niveau de ses chaussures, elle se cache derrière ses fringues, donc elle n'aime pas son corps ou bien elle ne veut pas être attirante, dans les deux cas ça fait négligé.
Rond=Mignon ? - Page 2 AttachmentC'est c'la oui
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
sielle
Membre actif
Membre actif


Féminin Nombre de messages : 142
Participation au forum : 121

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMar 3 Sep - 17:26


Dark Angel → ça fait classe ! (reste à savoir si je parle des lunettes ou de la robe ;-) )

BlaZe a écrit:
Différent avec quelqu'un, tu as une appréhension, peur de perdre ton intimité, une voie qui pour toi reste inexplorée ?

Il faut bien évidemment être dans un moment calme et intime, sinon le massage n'aura pas autant d'effets.
Très différent parce qu'il y a un lâcher prise plus important et une détente qui s'en trouve décuplée. Ma seule inquiétude c'est « pourvu que ça ne s'arrête jamais » !
Et puis je ne sais pas, c'est un peu bête de dire ça comme ça, mais j'ai l'impression que d'être touché réhabilite l'existence et la valeur du corps. Comme si c'était un vrai soin apporté à l'autre que de le toucher. Mais rares sont ceux qui en sont privés assez pour le ressentir je crois.

Pour la différence de moments, je voulais dire au niveau sensoriel, c'est encore mieux quand c'est au réveil, quand le corps est encore ensommeillé, et de retour de la piscine ou d'une rando (je ne sais pas pourquoi, peut être à cause des endorphines ou de la décontraction musculaire).

BlaZe a écrit:
Alors que masser une femme, qui de plus a des formes généreuses, c'est tout simplement incomparable. Des sensations uniques et intenses que je n'arrive pas à ressentir ailleurs.

J'ai plus été câliné qu'autre chose. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de sensations d'avoir été massé/touché étant petit.

Par contre, récemment comme sensations de toucher agréables ressenties, le simple fait qu'une femme pose sa tête sur mon torse, m'a détendu plus d'une fois.
Est-ce plus relationnel que sensoriel alors ?

Est-ce que le toucher a changé ta perception du corps de l'autre ? Du tien ?

BlaZe a écrit:
C'est peut-être le manque de confiance à l'autre qui te bloque aussi.

Peur que le dentiste/médecin te fasse mal ? Pourtant les soins c'est dans le but de te soigner.
C'est peut-être plus qu'un manque de confiance en l'autre.
Pour le dentiste, c'est juste que j'aime pas qu'on me touche l'intérieur de la bouche, je trouve ça très intrusif comme soins.

BlaZe a écrit:
Je voyais plus la subjectivité comme l'image cliché qui colle à la peau de quelqu'un qu'on voit pour la première fois par exemple.
Ah oui, comme un stéréotype ? Je crois pas qu'on puisse l'éviter en tout cas, cette « première impression » et ses effets. Mais on peut essayer de ne pas s'y arrêter si la personne ou la situation nous en inspire malgré tout l'envie.

BlaZe a écrit:
C'est à dire par exemple, une femme qui porte une robe très longue, qui s'arrête au niveau de ses chaussures, elle se cache derrière ses fringues, donc elle n'aime pas son corps ou bien elle ne veut pas être attirante, dans les deux cas ça fait négligé.
C'est rigolo, l'autre soir j'ai croisé une femme avec une jupe évasée très longue arrivant jusqu'aux pieds, avec un gilet cache-coeur sur le haut de ce que je supposais être une robe qui moulait son buste et donnait une silhouette très élégante. Je l'ai trouvé ça magnifique. Ca m'a même donné envie d'en essayer !

Donc oui, il s'agit bien d'impressions subjectives ^^

BlaZe a écrit:
Une perception trop sollicitée face à un corps aux formes trop changeantes ?
C'est vrai que c'est fragilisant quand on n'est jamais pareil.

BlaZe a écrit:

Je suis un peu étonné de voir que cela te passionne, mais ça me rassure.

Car la plupart des femmes rondes sont réfractaires à l'idée de se baigner à la piscine, n'y voyant que leur corps en maillot de bain exposé aux autres, exposé aux regards et aux moqueries imagées et déformées de la réalité car les gens s'en foutent en fait. Très loin de ton idée de te baigner dans l'eau avec toutes les sensations agréables que cela te procure.
J'en croise quand même quelques unes à la piscine et je suis sûre qu'ici bien des femmes y vont.
J'étais plus que réfractaire aussi, même si j'ai toujours adoré l'eau, ça m'était impossible il n'y a pas si longtemps et pendant de très longues années. Cet été j'ai même redécouvert la baignade en mer après quinze ans de privation.
Au début, à la piscine, effectivement, la crainte des regards et moqueries était très présente et j'ai dû lutter intérieurement avant, pendant, et après pour faire avec. Cela, un certain temps. Ca a beau être imaginaire, c'est éprouvant d'en passer par là.
Mais la répétition, le bonheur ressenti dans l'eau et dans le mouvement ont fait leur oeuvre progressivement et je suis encore étonnée de découvrir des choses c'est pour ça que je trouve ça passionnant, c'est vraiment un lieu où je fais des expériences et des découvertes. C'est pas juste la perception du corps, c'est aussi la perception de la matière, et du rapport entre soi et cette matière, les moments où ça se conjuge comme dans la sensation de glisse et ceux où ça se constraste quand ça fait résistance. Et puis c'est un autre rythme, une autre lumière, un environnement très présent (le toucher y est d'ailleurs différent je trouve)... sans parler de tout ce qu'on y observe des autres, du comportement des gens ensemble ou seuls. On ne s'ennuie pas ^^
Donc maintenant, je m'y sens beaucoup plus à l'aise.  Cela dit, je ne suis pas dans le style « je suis belle et je m'affiche ». Plus " j'aime ça et je suis bien ici ". J'ai gardé des peurs plus forcément légitimes par rapport aux lieux. Et il y a des choses que j'évite encore de faire, mais comparé au début, c'est la révolution ^^
Donc pas le genre de femme ronde dans un maillot superbe qui fait rêver. Je suis là pour nager et m'amuser, j'en profite.
Parfois les gens me ramènent à mon corps gros, comme hier un monsieur qui me dit, compatissant, « c'est dur » quand j'étais en train de reprendre mon souffle après une longueur (effectivement, c'était dur ^^), je confirme, et il m'encourage à tenir bon et à venir souvent à la piscine car c'est comme ça qu'il a perdu du poids, qu'il faisait 130 kilos (effectivement, il ne les fait plus du tout), qu'il n'arrivait pas à perdre jusqu'à ce qu'il vienne à la piscine et que ça l'a beaucoup aidé. Je m'en serai passée, mais on avait ri un peu avant et je ne sentais pas de malveillance de sa part, juste qu'il avait vu en moi lui avant et deux a priori agissant qui se résumait à « une personne obèse à la piscine = une personne obèse qui veut faire du « sport » = une personne obèse qui veut maigrir »  que j'ai tenté faiblement de démentir en lui disant simplement que si je venais nager c'est parce que j'aimais ça ! Mais je doute que ça ait fait grand effet ^^
Au fond ça parlait plus de lui que de moi.

Bon je finis hors sujet alors je m'arrête là !
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMer 4 Sep - 9:29

sielle a écrit:
Très différent parce qu'il y a un lâcher prise plus important et une détente qui s'en trouve décuplée. Ma seule inquiétude c'est « pourvu que ça ne s'arrête jamais » !
Et puis je ne sais pas, c'est un peu bête de dire ça comme ça, mais j'ai l'impression que d'être touché réhabilite l'existence et la valeur du corps. Comme si c'était un vrai soin apporté à l'autre que de le toucher. Mais rares sont ceux qui en sont privés assez pour le ressentir je crois.

Pour la différence de moments, je voulais dire au niveau sensoriel, c'est encore mieux quand c'est au réveil, quand le corps est encore ensommeillé, et de retour de la piscine ou d'une rando (je ne sais pas pourquoi, peut être à cause des endorphines ou de la décontraction musculaire).
Donc quand on te masse, t'es rapidement accro à ça, et tu ne veux pas que ça s'arrête ?

sielle a écrit:
Est-ce plus relationnel que sensoriel alors ?

Est-ce que le toucher a changé ta perception du corps de l'autre ? Du tien ?
Quand j'étais avec cette femme, il y avait la relation, mais le sensoriel avait une grande importance aussi, la chaleur qui se dégage de la tête et le poids, la présence de celle-ci. Le sensoriel me rassure déjà beaucoup.

Non, ça n'a pas changé la perception du corps de l'autre. En fait ça la accentué, rendu plus puissant, plus présent, les sensations de sensualité et de sexualité s'en trouvent décuplés.
Mon corps avec ces sensations présentes, me relaxe, et donc je me laisse toucher forcément plus.

Le toucher reste une ouverture à l'autre.

sielle a écrit:
C'est peut-être plus qu'un manque de confiance en l'autre.
Pour le dentiste, c'est juste que j'aime pas qu'on me touche l'intérieur de la bouche, je trouve ça très intrusif comme soins.
Intrusif certes, mais nécessaire quand les dents font trop mal.

sielle a écrit:
Ah oui, comme un stéréotype ? Je crois pas qu'on puisse l'éviter en tout cas, cette « première impression » et ses effets. Mais on peut essayer de ne pas s'y arrêter si la personne ou la situation nous en inspire malgré tout l'envie.
Le temps reste le meilleur allié  et nous permet de décoller la personne de cette impression. De laisser la personne nous dévoiler ses subtilités propres.

sielle a écrit:
C'est rigolo, l'autre soir j'ai croisé une femme avec une jupe évasée très longue arrivant jusqu'aux pieds, avec un gilet cache-coeur sur le haut de ce que je supposais être une robe qui moulait son buste et donnait une silhouette très élégante. Je l'ai trouvé ça magnifique. Ca m'a même donné envie d'en essayer !

Donc oui, il s'agit bien d'impressions subjectives ^^
Je ne pense pas avoir donné un bon exemple. Simplement parce que j'ai toujours en tête une image résiduelle d'une de mes ex (elle était très ronde) qui portait une longue jupe noire, et cette jupe la tassait vraiment. Ce vêtement ne la mettait pas du tout en valeur, elle ressemblait plus à un "sac à patates" qu'autre chose. Comme quoi d'une morphologie à une autre, une jupe ressort bien ou pas.


sielle a écrit:
C'est vrai que c'est fragilisant quand on n'est jamais pareil
Difficile de se fixer sur un repère qui ne cesse de bouger.

sielle a écrit:
J'en croise quand même quelques unes à la piscine et je suis sûre qu'ici bien des femmes y vont.
J'étais plus que réfractaire aussi, même si j'ai toujours adoré l'eau, ça m'était impossible il n'y a pas si longtemps et pendant de très longues années. Cet été j'ai même redécouvert la baignade en mer après quinze ans de privation.
Au début, à la piscine, effectivement, la crainte des regards et moqueries était très présente et j'ai dû lutter intérieurement avant, pendant, et après pour faire avec. Cela, un certain temps. Ca a beau être imaginaire, c'est éprouvant d'en passer par là.
Mais la répétition, le bonheur ressenti dans l'eau et dans le mouvement ont fait leur œuvre progressivement et je suis encore étonnée de découvrir des choses c'est pour ça que je trouve ça passionnant, c'est vraiment un lieu où je fais des expériences et des découvertes. C'est pas juste la perception du corps, c'est aussi la perception de la matière, et du rapport entre soi et cette matière, les moments où ça se conjugue comme dans la sensation de glisse et ceux où ça se contraste quand ça fait résistance. Et puis c'est un autre rythme, une autre lumière, un environnement très présent (le toucher y est d'ailleurs différent je trouve)... sans parler de tout ce qu'on y observe des autres, du comportement des gens ensemble ou seuls. On ne s'ennuie pas ^^
Donc maintenant, je m'y sens beaucoup plus à l'aise.  Cela dit, je ne suis pas dans le style « je suis belle et je m'affiche ». Plus " j'aime ça et je suis bien ici ". J'ai gardé des peurs plus forcément légitimes par rapport aux lieux. Et il y a des choses que j'évite encore de faire, mais comparé au début, c'est la révolution ^^
Donc pas le genre de femme ronde dans un maillot superbe qui fait rêver. Je suis là pour nager et m'amuser, j'en profite.
Parfois les gens me ramènent à mon corps gros, comme hier un monsieur qui me dit, compatissant, « c'est dur » quand j'étais en train de reprendre mon souffle après une longueur (effectivement, c'était dur ^^), je confirme, et il m'encourage à tenir bon et à venir souvent à la piscine car c'est comme ça qu'il a perdu du poids, qu'il faisait 130 kilos (effectivement, il ne les fait plus du tout), qu'il n'arrivait pas à perdre jusqu'à ce qu'il vienne à la piscine et que ça l'a beaucoup aidé. Je m'en serai passée, mais on avait ri un peu avant et je ne sentais pas de malveillance de sa part, juste qu'il avait vu en moi lui avant et deux a priori agissant qui se résumait à « une personne obèse à la piscine = une personne obèse qui veut faire du « sport » = une personne obèse qui veut maigrir »  que j'ai tenté faiblement de démentir en lui disant simplement que si je venais nager c'est parce que j'aimais ça ! Mais je doute que ça ait fait grand effet ^^
Au fond ça parlait plus de lui que de moi.

Bon je finis hors sujet alors je m'arrête là !
Tu me parle d'un ancien obèse, bon c'est hors-sujet, mais à travers cette anecdote racontée on voit encore des personnes qui pensent bien faire en te disant de faire de la natation pour maigrir c'est mieux (parce que ça a marché pour eux), sauf qu'on a tous des aspirations différentes, des plaisirs différents. En cela, il n'a pas respecté ton propre plaisir de te baigner, et je trouve ça dommage, mais bon je m'écarte également du sujet.

Le plus important c'est d'aller à la piscine pour se détendre, s'amuser, se faire plaisir avant tout.

La natation reste une (re)découverte de sensations différentes quelque soit son poids, sa morphologie, sa taille...

Je suis ravi de voir que tu profites de plaisirs simples de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
sielle
Membre actif
Membre actif


Féminin Nombre de messages : 142
Participation au forum : 121

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMer 4 Sep - 10:44

BlaZe a écrit:
Donc quand on te masse, t'es rapidement accro à ça, et tu ne veux pas que ça s'arrête ?
Ça dépend évidemment, mais en général, oui, je ne voudrais pas que ça s'arrête, et puis il y a tellement de façons différentes de masser/toucher qu'il n'y a pas le temps de se lasser ^^

BlaZe a écrit:

Quand j'étais avec cette femme, il y avait la relation, mais le sensoriel avait une grande importance aussi, la chaleur qui se dégage de la tête et le poids, la présence de celle-ci. Le sensoriel me rassure déjà beaucoup.

Non, ça n'a pas changé la perception du corps de l'autre. En fait ça la accentué, rendu plus puissant, plus présent, les sensations de sensualité et de sexualité s'en trouvent décuplés.
Mon corps avec ces sensations présentes, me relaxe, et donc je me laisse toucher forcément plus.

Le toucher reste une ouverture à l'autre.
Que veux-tu dire par le fait que le sensoriel te rassure déjà beaucoup ?

BlaZe a écrit:
Je ne pense pas avoir donné un bon exemple. Simplement parce que j'ai toujours en tête une image résiduelle d'une de mes ex (elle était très ronde) qui portait une longue jupe noire, et cette jupe la tassait vraiment. Ce vêtement ne la mettait pas du tout en valeur, elle ressemblait plus à un "sac à patates" qu'autre chose. Comme quoi d'une morphologie à une autre, une jupe ressort bien ou pas.
Tiens, ça me fait penser à quelque chose que j'ai pu lire ici et là, par rapport aux rondeurs, à comment on les perçoit et comment on les vit.
On dirait que les vêtements participent beaucoup parfois. Ce n'est pas rare de lire une femme mettre en lien soin vestimentaire et mieux être avec son corps/son image.
Pour certaines, elles vivent mieux avec leur corps depuis qu'elles ont changé leur façon de s'habiller. Pour d'autres, c'est plutôt l'inverse, elles se sont senties mieux alors elles ont changé leurs tenues, et ça a créé une dynamique d'acceptation et de plaisir relatif à leur apparence.

Je crois qu'en ce qui me concerne je tend à changer de tenues, parce que je cache moins mon corps et que je cherche surtout le bien-être (être à l'aise). Du coup cet été, j'ai arrêté de m'habiller comme en hiver et j'ai osé les bras nus. Ca fait du bien!
Par contre ça ne change pas la perception de mon corps, les vêtements. Je crois que ça change surtout ma perception de ce-à-quoi-devrait-ressembler-mon-corps, que ça me fait intégrer l'image d'une norme et que ça ne m'aide pas toujours à faire avec ce que je suis.

Du coup je me demande ce qu'il en est pour les autres (hommes ou femmes), est-ce que les habits, les tenues, changent beaucoup votre perception des rondeurs des autres ?

BlaZe a écrit:

Tu me parle d'un ancien obèse, bon c'est hors-sujet, mais à travers cette anecdote racontée on voit encore des personnes qui pensent bien faire en te disant de faire de la natation pour maigrir c'est mieux (parce que ça a marché pour eux), sauf qu'on a tous des aspirations différentes, des plaisirs différents. En cela, il n'a pas respecté ton propre plaisir de te baigner, et je trouve ça dommage, mais bon je m'écarte également du sujet.

Le plus important c'est d'aller à la piscine pour se détendre, s'amuser, se faire plaisir avant tout.

La natation reste une (re)découverte de sensations différentes quelque soit son poids, sa morphologie, sa taille...

Je suis ravi de voir que tu profites de plaisirs simples de la vie.
Vive la piscine pour tous Wink 

Il a fait ce qu'on fait tous plus ou moins avec les inconnus ou méconnus: ne voir de moi que quelque chose de lui et me l'adresser. Quand on ne connaît pas quelqu'un, c'est la porte ouverte aux idées qu'on se fait de l'autre et qui parlent plus de nos propres références que de celles de l'autre. Il a dû penser que j'étais là pour les mêmes raisons que lui et mon essoufflement a du lui rappeler les difficultés qu'il avait peut-être avant.
J'ai pas vécu cela comme un manque de respect par contre. Ça l'aurait peut-être plus été si après que j'ai affirmé ce que j'en ressentais, il l'avait balayé. Mais je suis repartie nager donc je ne lui en ai pas laissé l'occasion.

Ça rejoint la question sur la perception du corps. Pour beaucoup, les rondeurs sont perçues comme quelque chose en trop qui est à perdre. Peut-être plus quand il s'agit de personnes très très rondes.
Remarque, pas forcément, je me souviens d'un autre nageur, à la corpulence mince, aux muscles dessinés, qui me disait que ses rondeurs ( Shocked ) le gênait et comment il essayait de les effacer/compenser. Je lui ai dit que ça pouvait être bien de s'accepter tel qu'il était aussi, mais c'est sûr qu'avec ma dégaine, pour les personnes qui ont du mal avec les rondeurs, ça risque d'être contre-productif !
Revenir en haut Aller en bas
BlaZe
Apple Nolife
Apple Nolife
BlaZe

Masculin Age : 36
Nombre de messages : 3161
Localisation : 77
Participation au forum : 203

Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitimeMer 4 Sep - 13:43

sielle a écrit:
Que veux-tu dire par le fait que le sensoriel te rassure déjà beaucoup ?
Ça me rassure dans le sens que ça me détend, ça me calme suffisamment pour avoir la conscience tranquille. C'est un bien-être comme un autre.

sielle a écrit:
Tiens, ça me fait penser à quelque chose que j'ai pu lire ici et là, par rapport aux rondeurs, à comment on les perçoit et comment on les vit.
On dirait que les vêtements participent beaucoup parfois. Ce n'est pas rare de lire une femme mettre en lien soin vestimentaire et mieux être avec son corps/son image.
Pour certaines, elles vivent mieux avec leur corps depuis qu'elles ont changé leur façon de s'habiller. Pour d'autres, c'est plutôt l'inverse, elles se sont senties mieux alors elles ont changé leurs tenues, et ça a créé une dynamique d'acceptation et de plaisir relatif à leur apparence.

Je crois qu'en ce qui me concerne je tend à changer de tenues, parce que je cache moins mon corps et que je cherche surtout le bien-être (être à l'aise). Du coup cet été, j'ai arrêté de m'habiller comme en hiver et j'ai osé les bras nus. Ca fait du bien!
Par contre ça ne change pas la perception de mon corps, les vêtements. Je crois que ça change surtout ma perception de ce-à-quoi-devrait-ressembler-mon-corps, que ça me fait intégrer l'image d'une norme et que ça ne m'aide pas toujours à faire avec ce que je suis.

Du coup je me demande ce qu'il en est pour les autres (hommes ou femmes), est-ce que les habits, les tenues, changent beaucoup votre perception des rondeurs des autres ?
Il faut trouver un confort vestimentaire et ça peut prendre du temps pour être à l'aise dedans.

C'est avec évidence que pour moi, je ne perçois pas les rondeurs d'une femme de la même manière selon qu'elle porte une jupe, une robe, des leggings ou même un jean.

D'ailleurs je trouve que les rondes sont plus sexy en jeans qu'en robe, les rondeurs ne sont pas mises en évidence de la même façon. En cela, le jean valorise les rondeurs, et les mets en avant, sans pour autant que ça donne un look outrancier ou vulgaire.

sielle a écrit:
Vive la piscine pour tous Wink 

Il a fait ce qu'on fait tous plus ou moins avec les inconnus ou méconnus: ne voir de moi que quelque chose de lui et me l'adresser. Quand on ne connaît pas quelqu'un, c'est la porte ouverte aux idées qu'on se fait de l'autre et qui parlent plus de nos propres références que de celles de l'autre. Il a dû penser que j'étais là pour les mêmes raisons que lui et mon essoufflement a du lui rappeler les difficultés qu'il avait peut-être avant.
J'ai pas vécu cela comme un manque de respect par contre. Ça l'aurait peut-être plus été si après que j'ai affirmé ce que j'en ressentais, il l'avait balayé. Mais je suis repartie nager donc je ne lui en ai pas laissé l'occasion.

Ça rejoint la question sur la perception du corps. Pour beaucoup, les rondeurs sont perçues comme quelque chose en trop qui est à perdre. Peut-être plus quand il s'agit de personnes très très rondes.
Remarque, pas forcément, je me souviens d'un autre nageur, à la corpulence mince, aux muscles dessinés, qui me disait que ses rondeurs ( Shocked ) le gênait et comment il essayait de les effacer/compenser. Je lui ai dit que ça pouvait être bien de s'accepter tel qu'il était aussi, mais c'est sûr qu'avec ma dégaine, pour les personnes qui ont du mal avec les rondeurs, ça risque d'être contre-productif !
Comme quoi il ne suffit pas d'être rond(e) pour être insatisfait(e) de son propre corps.

Trop de gens sont déçus par le corps qu'ils ont.

Pourtant on a qu'un seul corps et qu'une seule vie. Il faut profiter de ce qu'on a.

Et puis il faut le dire d'avoir des belles fringues à sa taille, ça aide à se sentir mieux dans son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Rond=Mignon ? - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Rond=Mignon ?   Rond=Mignon ? - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Rond=Mignon ?
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Apple Aisuru :: Nous et les rondes :: Le gout des rondes-
Sauter vers: